Le Big Data, point de passage incontournable de la transformation digitale

Le Big Data, point de passage incontournable de la transformation digitale

Dans la course à la transformation numérique les DSI doivent se repositionner et faire valoir leurs compétences vis à vis de la collecte et de l’exploitation des données juge une étude de PAC.

Quel lien entre transformation digitale et Big Data ? La collecte et l’exploitation de la donnée permet de produire de nouveaux services et de nouveaux usages numériques. Et consécutivement, la prise en compte par l’entreprise de ce phénomène implique une nouvelle organisation, pour collecter et exploiter les données dans une optique informatique mais aussi métier.


46% des DSI jugent que les processus des entreprises vont changer dans les deux années qui viennent du fait de la transformation digitale. 38% pensent que cela est déjà le cas aujourd’hui.(Source : PAC)

Dans ce contexte, quel doit être le positionnement de la DSI ? On ne compte plus les organisations qui désormais se parent d’un service, d’une direction, ou d’une équipe ‘digitale’, totalement décorrélée de la DSI. Pourquoi ? Parce que les métiers sont plus matures que par le passé sur les problématiques du numérique, et qu’ils préfèrent bien souvent en discuter avec ces nouvelles structures qu’avec les historiques de l’informatique que représentent les DSI. Rien n’est toutefois perdu pour les DSI juge le cabinet PAC, qui a récemment publié une étude sur le sujet. Les DSI sont conscient du problème et s’attaquent au sujet.

Prise de conscience

« 84% des responsables informatiques pensent que leur entreprise doit revoir ses processus dès aujourd’hui ou dans les 2 ans pour s’adapter à la transformation digitale » explique dans un billet de blog Olivier Rafal, de PAC. Et cette refonte des processus passe par une meilleure prise en compte des données. 86% d’entre eux ont déjà redéfini leur schéma directeur d’évolution de leurs architectures décisionnelles ou comptent le faire d’ici à la fin 2016.

Le point positif, au delà de la prise de conscience de la DSI, c’est que les directions générales sont mobilisées. 60% des directions générales perçoivent désormais la donnée comme « un actif stratégique, une source de revenu ou au moins un atout important, représentant un élément de différenciation » note PAC.

Côté métiers, les points d’appui que peuvent rencontrer les DSI sont « la nécessité de raccourcir les projets », de mieux les cadrer et de monter en compétences. Autant miser sur ces atouts, parce que pour le reste, bonnes pratiques et organisation data-driven, les divergences entre entités restent fortes.

Source :  www.zdnet.fr