Catégorisation

6 erreurs à éviter pour bien catégoriser vos données archivées

L’archivage numérique offre des avantages non-négligeables aux entreprises. Il permet en effet de limiter — voire de supprimer — les coûts liés au stockage du papier, de faciliter la manipulation des documents d’un collaborateur à un autre, et d’optimiser le partage des informations, que ce soit au sein même de l’entreprise ou vers l’extérieur. Mais pour constituer un succès, un projet d’archivage doit reposer sur une catégorisation efficace : Catégoriser c’est ranger … et quand c’est rangé c’est tout de suite plus facile de s’y retrouver !

Voici 6 erreurs à ne pas commettre si l’on veut archiver efficacement

Erreur #1 : Confondre “sauvegarde” et “archivage”

Les normes en matière d’archivage numérique sont nombreuses (comme les normes ISO 14641-1 et ISO 3030X par exemple, et certaines sont même adaptées à votre activité ou à la sensibilité de vos données) et listent les bonnes pratiques à respecter. Il serait donc bon de les avoir en tête au moment de construire un projet d’archivage ? Un conseil : ne les lisez pas ! A moins vraiment d’en avoir envie, mais choisissez plutôt  un système d’archivage certifié (la marque NF 461 garanti par exemple qu’un système est conforme avec la norme ISO 14641-1), c’est la première étape, et ensuite alimentez le …

Mais attention, ne confondez pas “sauvegarde” et “archivage”.

L’archivage doit suivre une méthode : On archive uniquement que les documents importants (ou engageants) et on les décrit précisément pour pouvoir facilement les retrouver et surtout pour savoir combien de temps on doit les conserver.

Sauvegarder c’est beaucoup plus simple : On prend tout en vrac et on croise les doigts pour retrouver ce que l’on cherche le moment venu.

Vous conviendrez que ce n’est pas tout à fait la même chose. L’archivage nécessite de trier et de décrire ou catégoriser … Il faut ranger en somme, mettre tout simplement les bons documents dans les bonnes catégories.

Erreur #2 : un référentiel de conservation absent

Le référentiel de conservation est un véritable « mode d’emploi » de l’archivage numérique, une sorte de dictionnaire des catégories. Par extension, il est autant « de conservation » que… « de destruction » : c’est en effet ce document qui va indiquer aux collaborateurs les durées de conservation de chaque catégorie de documents, explicitant obligatoirement celles-ci par une motivation légale ou réglementaire (une loi imposant, par exemple, de ne conserver certaines données personnelles que 5 ans), un besoin métier défini par le service impliqué dans l’utilisation ou la production du document, ou un consentement limité exprimé par les personnes concernées.

Aucun archivage efficace ne sera donc possible sans un référentiel de conservation précis.

Erreur #3 : trop de catégories de documents

L’archivage est donc une pratique qui nécessite de la précision. L’objectif ? Être capable de retrouver n’importe quel document recherché, le plus rapidement possible et en faisant intervenir le moins de personnes possible. Cela implique de ne pas « surcharger » son système d’archivage numérique, et de ne pas multiplier les catégories. Une bonne gouvernance de l’information ressemble, schématiquement, à un arbre, dont chaque branche (ou catégorie) se divise en branches plus petites (ou sous-catégories). Si ces dernières sont trop nombreuses, il ne vous sera pas possible de vous retrouver efficacement dans votre système. Et vos archives ne vous permettront pas de gagner, véritablement, le temps espéré.

Si catégoriser un document est trop complexe, vos collaborateurs le feront-ils ?

Erreur #4 : pas assez de catégories de documents

Pour autant, ce n’est pas une raison de tomber dans l’excès inverse, et donc de ne n’avoir que quelques catégories de documents (« Administratif », « Supports de communication », « Documents internes » et « Prospects », par exemple). En procédant ainsi, chaque catégorie ressemblerait à une masse non triée de données, de documents et d’informations. Retrouver un fichier précis reviendrait donc à chercher une aiguille dans une botte de foins.

Le nombre de catégories dans un référentiel d’archivage est donc une histoire de dosage.

Si catégoriser un document est trop simple, certes vos collaborateurs le feront aisément mais est-ce que ce sera suffisant  pour retrouver ce document ?

Erreur #5 : un référentiel de conservation mal compris

Le référentiel de conservation va donc constituer le document de base pour bien catégoriser les données archivées. Il pourrait être présenté sous la forme d’un tableau, comportant plusieurs colonnes :

  • Les « documents engageants », qui doivent être conservés pour des raisons juridiques, financières ou de besoins métier ;
  • Les différentes durées de conservation, avec les motivations liées ;
  • Le sort final, que l’on résume généralement avec deux lettres, D pour destruction et C pour conservation historique ;
  • Le prestataire de l’archivage;

et ce … catégorie par catégorie.

Mais êtes-vous certain que ce tableau parle à tous vos collaborateurs ? Ne vont-ils pas systématiquement choisir la catégorie “divers” parce qu’ils ne comprennent pas les autres ?

Ce n’est pas une bonne idée de construire un référentiel dédié pour chacune des populations de vos collaborateurs, trop complexe, trop difficile à maintenir. Mais rien ne vous empêche de simplement renommer certaines catégories pour coller à la terminologie de ces populations. Notez également qu’un effort de pédagogie pourrait ne pas être inutile.

Erreur #6 : oublier que l’informatique est là pour vous aider

Vous serez donc maintenant d’accord avec moi, catégoriser est nécessaire pour archiver. Mais personne ne vous a dit de le faire à la main ! Les technologies de l’information ont énormément progressé ces dernières années, les systèmes d’archivages électroniques modernes sont maintenant capables de catégoriser automatiquement les documents, pour peu que l’on ait pris un peu de temps pour leur expliquer comment faire. Étonnant ? Non ! Je vous rappelle que l’on vit dans un monde où les voitures conduisent toutes seules …

L’archivage numérique est un gage d’efficacité nouvelle pour les entreprises… à condition d’être bien construit et bien préparé. Vous souhaitez en savoir plus, vous faire guider dans ce projet ? Contactez les équipes d’Everteam, qui vous aideront à le mener à bien !