Le RGPD démystifié : découvrez toutes les réponses de notre quiz vrai / faux !

RGPD, NOUS Y VOILA !

 

Ces dernières semaines, nous vous avons proposé une série de questions Vrai ou Faux sur le thème du RGPD. Suite à son entrée en vigueur le 25 mai, nous vous proposons aujourd’hui un récapitulatif de toutes les questions ainsi que leurs réponses. Ensemble, démystifions le RGPD.

 

1. RGPD : Le DPO est-il obligatoire ?

Oui… et non ! Tout à la fois juriste, pédagogue, informaticien et porte-parole, le DPO (Data Protection Officer) est en entreprise le garant de l’application du RGPD, qui entrera en application dans quelques semaines — le 25 mai pour être exact. Mais il n’est pas obligatoire pour tout le monde ! En savoir plus

2. Je ne suis pas concerné par le recrutement d’un DPO. Le RGPD ne me concerne donc pas !

FAUX ! Dès lors que votre activité vous amène à traiter un certain volume de données personnelles, l’application du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) est obligatoire dans votre structure. Et ce, que vous soyez concerné ou non par le recrutement d’un DPO. Voyons cela en détails ! En savoir plus

3. RGPD : Lors des premiers contrôles, la CNIL sera clémente

VRAI, mais… d’une part, cela ne durera pas et ne concernera pas toutes les dispositions du texte, et d’autre part, la clémence de la CNIL dépendra aussi de la volonté montrée par l’entreprise contrôlée de respecter le RGPD ! Explications. En savoir plus

4. Les Drives suffisent pour être en conformité avec le RGPD

FAUX. Les Drives sont certes pratiques, mais ils n’offrent pas tous les outils nécessaires à une gouvernance de l’information sereine, conforme aux exigences du RGPD. D’autres outils sont nécessaires pour respecter, dès le 25 mai, ce texte capital s’agissant de l’exploitation en Europe des données personnelles. En savoir plus

5. RGPD : Mon DPO doit être interne à mon entreprise.

FAUX ! Le Délégué à la Protection des Données, ou DPO, peut être interne à l’entreprise, comme externe. Les deux solutions présentent des avantages et des inconvénients. Everteam fait le bilan ! En savoir plus

6. Grâce au RGPD, je peux disparaître de la circulation

FAUX ! Celle-ci était facile, ça serait trop beau : le RGPD n’a pas été pensé pour permettre à un particulier de disparaître des bases de données des impôts, de sa banque, des organismes auprès desquels il a contracté un crédit, ou encore des diverses entreprises auxquelles il doit de l’argent. Le RGPD peut, en revanche, l’aider à reprendre le contrôle sur ses données. Faisons le point ! En savoir plus

7. RGPD : En cas de contrôle, le registre est indispensable

VRAI ! Le registre des activités de traitement est l’une des pièces principales que demandera la CNIL (ou tout autre organisme européen) dans le cas d’un contrôle de l’utilisation des données personnelles. Mais il n’est pas le seul document à fournir, loin de là. Décryptage. En savoir plus

8. C’est le DPO et lui seul qui assure la conformité au RGPD

FAUX ! Le respect du RGPD est un travail d’équipe, qui concerne autant le DPO que les collaborateurs, la DSI et les avocats. Voici comment fonctionne cette « dream team » de la bonne gestion des données personnelles… En savoir plus

Si vous souhaitez en savoir davantage sur le RGPD, téléchargez gratuitement  « Le guide du DPO prêt à l’action ».